Wiktenauer logo.png

Difference between revisions of "Page:Discours de la théorie de la pratique et de l’excellence des armes (André des Bordes) 1610.pdf/11"

From Wiktenauer
Jump to navigation Jump to search
m
m (Adding HTML)
 
(One intermediate revision by one other user not shown)
Page statusPage status
-
Proofread
+
Validated
Page body (to be transcluded):Page body (to be transcluded):
Line 1: Line 1:
'''A SON ALTESSE,'''
+
<section begin="1"/>'''A SON ALTESSE, M'''ONSEIGNEUR.
  
'''MONSEIGNEUR.'''
+
''Mon inclination, m’ayant eslongné de voz Pays, lieu de ma n’aissance pour me rendre capable en quelque sorte de l’honneur de vostre service, je fis election des armes, pour avoir plus d’assurance a porter ma vie a ce qui regarderoit vostre ALTESSE, l’Italie, m’en a donné les leçons, & le souvenir de ma patrie m’obligea de luy en venir offrir les effaictz. Et maintenant que les liberalitez de vostre A<small>LTESSE</small> m’ont tiré de l’exercice des armes & m’ont donné le moyen & le loisir de me mettre sur la Theorie, Je may dispensé quelques heures de ma subjettion aupres de vostre Personne, pour les employer a''<section end="1"/>
 
 
Mon inclination, m’ayant eslongné de voz Pays, lieu de ma n’aissance pour me rendre capable en quelque sorte de l’honneur de vostre service, je fis election des armes, pour avoir plus d’assurance a porter ma vie a ce qui regarderoit vostre '''ALTESSE''', l’Italie, m’en a donné les leçons, & le souvenir de ma patrie m’obligea de luy en venir offrir les effaictz. Et maintenant que les liberalitez de vostre '''ALTESSE''' m’ont tiré de l’exercice des armes & m’ont donné le moyen & le loisir de me mettre sur la Theorie, Je may dispensé quelques heures de ma subjettion aupres de vostre Personne, pour les employer a
 

Latest revision as of 00:10, 15 January 2022

This page has been validated.

A SON ALTESSE, MONSEIGNEUR.

Mon inclination, m’ayant eslongné de voz Pays, lieu de ma n’aissance pour me rendre capable en quelque sorte de l’honneur de vostre service, je fis election des armes, pour avoir plus d’assurance a porter ma vie a ce qui regarderoit vostre ALTESSE, l’Italie, m’en a donné les leçons, & le souvenir de ma patrie m’obligea de luy en venir offrir les effaictz. Et maintenant que les liberalitez de vostre ALTESSE m’ont tiré de l’exercice des armes & m’ont donné le moyen & le loisir de me mettre sur la Theorie, Je may dispensé quelques heures de ma subjettion aupres de vostre Personne, pour les employer a