Wiktenauer logo.png

Page:Le Maniement d’Armes De Nassau (Adam van Breen) 1618.pdf/6

From Wiktenauer
Jump to: navigation, search
This page needs to be proofread.


Touchant le changement des armes, est à noter pour le premier, que Les Soldats, avec la Rondelle, sont representes avec les Rondelles, Corselettes sans tachettes, Morlions, Picques, & Espees courtes, autremēt espees d’armes, pendantes a leurs costez, sans ceinture d’attache. afin en telle sorte s’en servir au besoing. Car estants advançez jusques au rangs de leurs ennemis, & ne pouvant manier leurs picques, par l’incommodité de la longeur d’icelles, le quiteront tout aussi tost, empoignant promtemēt leurs rondelles, & espées susdites, pour se defendre, autant que faire se poura & offencer leur ennemis.

Secondement, ceux qui seront armés de Targes, sont ausi representés avec leurs armes appertenants avec Targes, Corselets, Casquets, Espees d’armes, ayants une Brassade au bras dextre, & a chasque jambe une greve, ou armure de jambes. Estans doncques ainsi armez de Targes, ayants leurs casquets fermez, en se cachant derriere lesdites Targes, felon la parole du commandement, donneront ainsi fort commodement sur l’Esquadron des picques de leurs ennemis, les rompant facilement, sans recevoir beaucoup de dommage, par ce qu’ils sont armez depuis le sommet de la teste, jusques au plan des piedts, & garni contre les poinctes des picques, par consequent armez à plusieurs autres affaires necessaires. Exercice tres utile & necessaire, voire tres-louable: Ce que tous Princes & Generaux d’une Armee comprendront aisement, sans qu'il soit de besoing d’en discourir davantage, & embellir la chose utile, par beaucoup de paroles ornez. Encore me sault il dire cecy, que les Soldats exercez en cefte arme, n’auront aucune difficulté en marchant, de viser a un chemin dressé, mais seront un chemin par force.

Desirant que les fruicts de ces nouvelles exercices puissiont estre si grandes, par les Figures, demonstrations & enseignements de la lettre, comme mon zele & desir a esté, de mettre en lumire ce Livre, Du maniement des armes Nassauicques. A Dieu soyez, à la Haye, l’An 1618.

Remarque des ces motz Rondelle & Targe.

Pour accomplissement, me suis addonné au proffit des inexperimentés, parla vraye signification de la Rondelle & Targe. En premier lieu, doibt on sçavoir par ce mot Rondelle, entendre les armes faict en forme d’un essieu du Chariot lequel est tout rond, & de ce facon nommé Rondelle, & ceux qui portent telles armes, Rondelliers. Mesmes les Figures donnent asseze cecy à cognoistre. Les Latins & Grex, donnēt à la rondelle le nom de Clypeus, Aspis, Parma; de laquellé facon Pelta ne differoit guere: Estans la plus grande partie tout rond, par en hault creuse, en forme de deux croisans. Ceste Figure est tiré d’un vieux Marbre à Rome, comme recite Lipsius in Analectis. Que les rondelles ont esté tout rond, Virgilius le tesmoigne 2. AEneidos.

---- clypeique sub orbe teguntur.
Argolici clypei aut Phœbææ lampadis instar.
Et Cato in Originibus: Græcorum clypei rotundi.

Item 111.

On pouroit icy porduire plusieurs autres raisons, lesquelles ne sont guere loing à cercher, mais nous les obmettons, pour estre tant plus bref.

Pour le second, ce que se nomme Targe, a beaucoup de commun (felon mon advis) avec le Scutum Romain, lequel avoit la forme un peu longe. Le Poëte susdict AEneidos VIII.

----- Scuti protecti corpora longis.

Scutum (selon le dire de Livius) estoit le desus, dequoy la poictrine & les espaules furent couverts, les bords unies, & non ronds: pas embas finissant rondastre. Les Rondelles des Africains ne dissembloyent à celles cy, les nommant Cetræ: lesquelles ont en usance entre les Espaignols. Que ces Scuta & Cetræ, ont esté grands & leger, peult on juger des tesmoignages des Autheurs anciens. Des Espaignols dit Livius lib. 31, qu’en couchant & reposant, sur leurs rondelles, passerent la riviere en nageant. Ammianus Marcellinus lib. 16. recite pareil Histoire. De sorte que les anciens ont faict leurs rondelles, d’une matiere leger, soit des cordes entrelascés, 0u bois, ou de branchettes. Les Allemans ont eu aussi telles sortes de rondelles, dequoy Tacitus De moribus Germanorum tesmoigne: Qu’il ni a que CCCC ans, qu’ils estoyent encore entre eux en usance. Tyrol Scotus in Parænesi ad filium Fridebrandum § 30.

Dit hurt gegen hurte dringet.

Cest à dire, poussez rondelle contre rondelle. Il est assez cognu parmy nous, ce que cest d’une claye d’osier. Nous remarquons bien clair, du monumēts que ceste claye, ou cordes entrelascés, ont esté vestus & couverts des cuirs & de peaux de bestes, lesquelles estoyent colé la desus. Ausonius:

Tergora dic clypeis accommoda quid faciat? glux.

Polybius depainct le Scuta de Romains fort nettement, fur cela traicte bien doctement, Lipsius De militiâ Romanâ lib. III. Dial. II. Regardes, & encore in Analectis. Ie croy que ce cuirs, ou bien Tërgora, parmy les Italiens Targa, les Espaignols Tarja, & parmy les François Targe, est demeuré, ce que signifie, bouclier ou roudelle. Que plus est, ce mot Targa est encore en usance, parmy les Grex dernier bastardéz, selon les tesmoignages de Glossæ Græco-Barbaræ. De mesme parmy les Autheurs qui ont escrit en Latin passé environ CCCC ans, ce met Targia a esté en train. Iacobus de Vitriaco, Acconensis Episcopus, in Historia Orientali: Cum clypeis quas Targias appellant. Les Targes deson Excell. sont ausi faict du bois, couvert de cuir. Voicy amy Lecteur, ce que je vous ay voulu remonstrer: recevez ce en gré, A Dieu soyez.